Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il était une fois en ELLEDRYN...

Il était une fois en ELLEDRYN...

Je suis une Histoire, et avec mon auteur, je vais essayer de vous démontrer qu'il y a une vie après la lecture...


Un Rôdeur en Elledrÿn

Publié par Raïzon Bérus sur 7 Décembre 2009, 19:16pm

Catégories : #personnages

Un Rôdeur en Elledrÿn

Erkann LeWor, le Rôdeur au grand cœur (c’était pour la rime)

 


Erkann est un personnage central du monde d’Elledrÿn. Central dans les romans bien sûr, car sinon, jusque là, son influence sur la destinée de ce monde équivaut à un éternuement de vertigrouille.

La principale activité d’un Rôdeur, c’est de rôder. C’est donc ce que s’applique à faire Erkann la plupart du temps. Il revient bien de temps à autre dans son village, situé au nord de la Cité, pour leur rappeler qu’il en est encore le chef.

C’est par principe, car il ne tire aucune gloire de régner sur 18 malandrins. Il est devenu vaguement par hasard le référent de cette bande «impressionnante».

Il est arrivé un jour dans ce village, le chef d’alors lui a fait une remarque un peu vive sur sa tenue vestimentaire. Comme il n’était pas spécialement de bonne humeur (un vendeur d’estomacs de crapard lui avait vendu des produits faisandés), il lui retourna une gifle magistrale. Surpris, le chef chuta et sa tête heurta une pierre saillante. Il mourut sur le coup. Erkann, obligé de prendre sa place (c’était la règle) accepta le titre à condition de ne pas venir «le gonfler».

Après la démonstration qu’il venait de faire, personne n’aurait eu l’idée d'aller dans ce sens.

Il s’installa alors dans une petite masure où il passe quelques jours par an.

Sa principale activité n’a donc pas franchement varié. Il rôde toujours mais en cercles concentriques à partir de son village.

Mais me direz-vous, en quoi consiste l’activité de rôder ( bon sang de bonsoir de carabistouille)?

Je me tourne alors tout naturellement vers Larousse:

 


Rôder  v.i. (lat. rotare, tourner). Errer çà et là, souvent avec de mauvaises intentions.


Il faut bien dire, que Larousse n’est pas loin de la vérité. LeWor rôde et voyez-vous, il n’est pas le genre de gaillard qui inspire la confiance ou que vous aimeriez croiser au coin d’un bois. Cela étant dit, si vous ne le chercher pas, il ne vous cherchera pas non plus (sauf si votre tête ne lui revient pas, mais bon, il convient de ne se balader, comme ça, en Elledrÿn, sans prendre un minimum de précaution)

Cela dit, de l’autre coté de l’Isthme, la définition de «rôder» est un peu plus complète.

Le Rôdeur est un personnage en empathie avec la nature. Il sait «lire» dans les animaux, les végétaux et les roches comme dans un livre ouvert. C’est en parcourant le monde que le Rôdeur acquiert ses facultés. Il a une certaine prédisposition qu‘il améliore ou pas. Erkann est très doué pour «lire» vu qu’il a beaucoup rôdé.

De telles capacités sont des sources de revenus substantielles dont Erkann ne se privent pas.

La fonction du Rôdeur s’est perdue durant les Ages Perdus (qui portent décidemment bien leur nom) avec la disparition des Druides. Ils étaient à l’écoute de la nature et s’ils découvraient une anomalie, ils en référaient à un Druide qui lui s‘évertuait à trouver une solution.

Les Druides ayant disparu, les Rôdeurs ont perdu leur fonction première, celle de sentinelle du monde.

C’est lors de sa rencontre avec le Dernier Druide, au Cercle de Pierre, qu’Erkann va ressentir le lien qui unissait jadis Druide et Rôdeur. Son aventure, partagée avec Sarou, a déjà infléchi son tempérament peu fréquentable. Il a commencé à changer et va retrouver la noblesse enfouie sous son sale caractère et ses quelques couches de crasse.


J’ai toujours aimé ce genre de personnage: les grosses brutes au grand cœur qui cachent leur sensibilité derrière des attitudes renfrognées et rudes. C’est pratique comme personnage de roman car ils sont polyvalents. Ils n’hésitent pas à se lancer au coeur de l’action mais ils dégagent aussi de la sensibilité sans omettre qu’ils permettent aussi d’écrire des passages amusants jouant sur ces deux facettes. (là, vous venez de lire un paragraphe frôlant le surnaturel, preuve que la quatrième dimension n'est peut-être pas si loin)


Je vous laisse en bonus de bonus, le dialogue qui réunit Erkann et son vendeur d’estomacs de crapard avariés.


Erkann
: Hé! Toi!:

 

Vendeur :(se retournant) Oui!…(bruit de contact un peu brutal entre un objet contendant et un corps mou) Ouch! (quelques instants passent) AHHHHH! (Bruit de contact entre une surface dure et le même corps mou).

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents