Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il était une fois en ELLEDRYN...

Il était une fois en ELLEDRYN...

Je suis une Histoire, et avec mon auteur, je vais essayer de vous démontrer qu'il y a une vie après la lecture...


Un Géant...

Publié par Raïzon Bérus sur 7 Mars 2012, 10:31am

Catégories : #Origines

geant-vert-champ.jpg

Si j'ai pris tant de temps depuis mon dernier article c'est qu'un texte troublant a accaparé mon attention.
Les traces d'Elledrÿn sur notre monde sont nombreuses mais difficilement perceptibles pour le commun des mortels.
J'espère que vous mesurez la chance de me connaître et de connaître ce blog qui vous permet d'être tenu au courant presque en temps réel des avancées sur les découvertes venant tout droit du fond des temps, du fond des mondes.

C'est donc sans une certaine émotion aujourd'hui que je vous livre le début d'un texte que j'ai modestement tenté de traduire au plus juste. L'auteur m'est encore inconnu mais je ne doute pas de le découvrir dans les prochaines semaines. A noter que l'image ci-dessus est extrait d'une gravure daté de plusieurs millénaires au carbone 14.

 

C’est à cause de ce sale gnome !

Comment voulez vous qu’un géant, du haut de ses 10 mètres, puisse faire la différence entre un Gnome et un autre membre du Petit Peuple ?

Les gnomes sont prêts à tout pour s’enrichir, quitte à employer les ruses les plus vils et les tours les plus sournois.

Graut Arhin était peut-être le plus vaniteux des Gnomes. Il fallait toujours qu’il se pavane. Toujours à crier ses exploits véridiques ou non à ceux qui voulaient bien l’entendre. Bien sûr, ce misérable avait un talent d’orateur affirmé et dès qu’il se lançait dans une histoire, il captait un auditoire toujours plus grand. C’est sans doute pour ça, qu’emporté dans ses élans, il disait beaucoup plus que ce qu’il n’avait fait. Il s’accaparait même sans scrupules les exploits des autres.

Il voulait passer pour un héros alors qu’il n’était qu’un froussard.

Il était en train de raconter aux clients du Crapard Fétide comment il s’était débarrassé de trois Ogres qui souhaitaient faire de lui son apéritif. Tout le monde se lançait des regards, impressionné par le courage et l’audace que Graut avait fait preuve face à ces trois monstres.

Il va s’en dire que chacun voulait lui offrir un verre pour avoir le privilège  de l’avoir à sa table et pour s’entendre raconter encore une fois l’histoire.

L’ambiance était donc joyeuse au Crapard Fétide jusqu’à l’arrivée d’un homme.

Il entra en faisant claquer la porte. Le silence se fît aussitôt et le claquement continua. C’était les genoux et les dents de l’homme qui faisaient tout ce boucan. Son visage exprimait une détresse indescriptible, comme si toutes les boissons et autres breuvages de la taverne avaient disparu d’un coup. On le fit asseoir et il commença à articuler son histoire.

-Il y a Tonnerre qui arrive ! Il s’approch..AÏE !

L’homme venait de se mordre la langue n’arrivant pas à maîtriser son ratelier qui continuait à jouer des castagnettes.

Mais il en avait assez dit. Tout le monde connaissait le Géant Tonnerre. Il dévastait tout sur son passage, plus par maladresse que par réelle méchanceté. C’était une calamité au même titre que les moustiques, la sécheresse, la peste, les pieds qui sentent, les imbéciles heureux et le manque de boissons au Crapard Fétide.

On peut quand même préciser que sa nourriture principale était composée de chair humaine, régime qu’il tenait essentiellement de sa mère qui était paraît-il une Ogre.

Un formidable brouhaha suivit l’annonce de la nouvelle. Il devenait assourdissant quand une détonation retentit.

Un responsable de la sécurité qui avait dû réussir à enchaîner deux raisonnements consécutifs était arrivé à une conclusion intéressante.

-Putôt qu’d’avoir peur, n’a qu’a tuer c’te monstre, une bonne foé pou’ toute !

Un silence réfléchi suivi cette judicieuse remarque, puis les cris reprirent.

-Faudrait être fou !

-L’est  trop grand !

-Va nous bouffer !

-Qui oserait ?

-Bah ! l’gnome, là ! laissa tomber le responsable de la sécurité qui décidément cachait bien son esprit de synthèse.

Tous les regards, dans un mouvement synchrone, se posèrent sur Graut qui était en train de se diriger discrètement vers la sortie de secours. Le temps sembla s’arrêter, Graut fit une rotation de la tête, et étira ses lèvres pour leur faire un joli sourire embarrassé.

Une explosion de joie envahit la taverne. Il y avait des « Hourra ! », des « Vive Graut ! », des « Génial ! » et même un « Youpi ! ».

-Ce serait avec plaisir, commença Graut, mais…

Tous le fixèrent avec une petite moue craquante, les pupilles dilatées et la larme au coin de l’œil.

 

Voilà en quelques phrases le début de ce passionnant récit. Vous avez sans doute remarqué que "le crapard fétide" est mentionné. Serait-ce une histoire prenant Tikia comme scène de fond? Je m'empresse de continuer mon travail minutieux de traduction.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents