Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il était une fois en ELLEDRYN...

Il était une fois en ELLEDRYN...

Je suis une Histoire, et avec mon auteur, je vais essayer de vous démontrer qu'il y a une vie après la lecture...


Quelques charmantes bestioles !

Publié par Raïzon Bérus sur 7 Avril 2010, 12:25pm

Catégories : #Faune et flore

 

 

torlé

 

 

Le marais n’est bien sûr pas le seul endroit peuplé, la faune d’Ynys s’ébat joyeusement un peu partout. De nombreux lieux sont colonisés par des bestioles de toutes sortes. Je resterais aujourd’hui encore dans la description de bêtes que je qualifierais de « normales », c’est-à-dire non magiques (il faudra attendre encore un peu pour les avides de magie et de sortilèges).

 

 

 

 

Torlés: Vous visualisez les rats? Hé bien le torlé est l’équivalent elladrien quoique plus bodybuildé. Imaginé un rat de chez nous, un tiers plus gros et qui fait de la muscu. Ajoutez-y quelques poils épineux en particulier sur la colonne vertébrale et vous aurez une bonne image du torlé. Il n’est pas particulièrement agressif sauf quand la fin le taraude et qu’il est en nombre pour faire valoir cet état de fait. On ne peut pas dire qu’il a bonne réputation car il a les mêmes travers que son cousin terrien: prolifération dans les égouts, consommateur de détritus, vecteur de maladies. Si vous n’aimiez pas les rats, vous aimerez encore moins les torlés.

 

Hurleur: Ce sont des chasseurs de charognes (ça va moins vite et ça se défend moins que des proies vivantes). Bon, ils ne crachent pas sur un animal malade, vieux ou très jeune (ce qui compte, c’est s’économiser). Ils ont la gueule en forme de pointe et le coup très long pour plonger la tête directement dans l’abdomen de la victime. Et ils restent comme ça, des heures, à mastiquer, le crâne au chaud. Ces ingénieuses créatures ont développé des orifices respiratoires au niveau des omoplates pour pouvoir respirer pendant le repas. Sinon, ils ont un passe-temps qui en vaut un autre, ils hurlent à Nocta. Ils ne peuvent pas s’en empêcher, c’est comme ça (d‘où leur nom). Dès que Nocta apparaît, ils se regroupent (c'est plus sympa entre potes) et hurlent jusqu'à avoir une extinction de voix. Pourquoi me direz vous? C'est l'instinct je vous répondrai.

 

Vautour impérial: C’est le plus grand rapace des Territoires Explorés. Il a 6 mètres d’envergure. Il ne peut se poser que sur les plus haut promontoires des Montagnes Centrales. Il capture ses proies en plein vol, si ce sont des oiseaux (ben oui, pas des fongror), et en effectuant des rase-mottes pour les proies au sol (genre fongror quoique un peu trop lourd). On dit que dans les Temps Anciens, certains Druides avaient réussi à domestiquer ces merveilleux spécimens et pouvaient se déplacer sur leur dos (à condition de ne pas être sensible au vertige). Ils sont maintenant en voie d’extinction car ils sont la proie préférée des ptéros (là ce sont des créatures magiques et ils feront l‘objet d‘un autre article).

 

Limure: Voilà une autre saleté qui peuple les égouts des villes. De loin, on dirait une sorte de serpent d’eau. C’est en fait un lézard dont les membres au nombre de 36, sont repliés quand le corps est enroulé. Tant qu’il ressemble à un serpent, il n’y a pas de risque. C’est quand il se déroule qu’il devient dangereux. Une fois déplié, ses appendices se tendent vers leur proie. Elles sont munies d’une ventouse qui telle une sangsue vont aspirer le sang de l’innocente victime (qui ne l'est d'ailleurs pas toujours). La rapidité de succion est absolument phénoménale (au sens scientifique du terme bien entendu). Si vous êtes du genre à avoir du sang sur vous (ou dans vous), il vaut mieux éviter les égouts des grandes villes.:

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents