Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il était une fois en ELLEDRYN...

Il était une fois en ELLEDRYN...

Je suis une Histoire, et avec mon auteur, je vais essayer de vous démontrer qu'il y a une vie après la lecture...


Chroniques Elladriennes (principe)

Publié par Raïzon Bérus sur 13 Avril 2010, 07:46am

Catégories : #Chroniques

dolmen1

 

 

Après la lecture consciencieuse des deux romans prenant comme décor Elledrÿn, il apparaît malgré tout, au lecteur pinailleur, un certain nombre de zones d’ombre. Certes, je le reconnais, j’ai fait un choix délibéré de ne pas tout dévoiler car c’est la frustration qui fait avancer. Je ne sais plus qui a dit ça, mais c’était sûrement un fin pédagogue. Ne l’étant que plus grossièrement, je vais au cours des ces quelques chroniques éclairer les plus intéressés et continuer de barber ceux qui ne peuvent s’empêcher de penser que la Fantasy c’est pour les auteurs feignants qui ne veulent pas se casser à chercher de la documentation pour étayer leur propos vu que tout est imagination. Ouf ! Je viens peut-être d’écrire la phrase la plus longue de toute mon œuvre (Bah ! Oui, même si elle n’est pas d’art, ni chef, c’est une œuvre quand même).

Mais ne nous égarons pas. Il est évident que suivant les lecteurs, les interrogations ne se situent pas au même niveau. Donc, pour pouvoir coller au plus près de mon public (vous ne trouvez pas que parfois mes propos sonnent vachement pro ?), je vais écrire des chroniques qui émanent de lui.

Comme il faut bien commencer, je vais vous en rédiger une tout de suite…

 

Comment les hommes sont arrivés sur Elledrÿn ?

 

C’est vrai que Léandre Dumont n’aborde le sujet que très brièvement à la fin de son journal. Si je voulais choisir la solution de facilité, je vous répondrai :

-Bin, par l’Isthme !

Reconnaissez que si je m’arrêtais là, vous hurleriez « à l’escroc ! », « remboursez ! » ou une autre horreur de ce genre. Ne craignez rien, vous n’allez pas avoir besoin de vous abaisser si bas.

Voilà donc la réponse un peu plus détaillée !

On peut effectivement dater la création de l’Isthme dans le siècle qui précède l’an 0. Les Romains étendent leur emprise sur une grande partie de l’Europe actuelle persécutant au besoin les civilisations autochtones dont les fameux Gaulois. Certains en ont ras le casque et on peut les comprendre. Des chefs pressent alors les Druides de trouver une solution ; certains menaçant même l’intégrité physique de ces sages à barbe blanche. Souhaitant conserver l’usage de leurs membres et de leurs yeux, les Druides pressent les Dieux pour les sortir de cette impasse.

Au bout d’un moment, face à l’insistance des Druides, les Dieux finissent par chercher une solution.

En cas d’invasion, il n’y a que trois solutions : l’affrontement, la diplomatie ou la fuite.

Bon ! Affronter les Dieux Romains, surtout à cette époque, c’est un peu comme si on allait affronter Dark Vador avec une saucisse de Francfort. Les Dieux Gaulois sont courageux mais pas téméraires.

Pour la diplomatie, il faut un peu d’intelligence stratégique et parler la langue des ennemis, alors… Hum ! Bon, voilà ! A priori, personne ne s’est porté volontaire.

Il restait donc la fuite ! Les Dieux ont alors créé l’Isthme, une porte de sortie vers un autre monde où les Romains ne les attendaient pas.

Ils ont chargé les Druides d’aller explorer ce nouveau monde. Au moins, pendant ce temps là, ils n’étaient pas à les culpabiliser sans cesse en leur rapportant les exactions toujours plus nombreuses des légions romaines.

Après quelques années, l’Exil put avoir lieu.

Des villages entiers ont emprunté ce chemin. Les Dieux durent multiplier les portes temporaires en utilisant les dolmens pour répondre à la demande sans cesse grandissante.

Mais un jour, les Dieux Romains ont eu vent de la chose et n’ont apprécié que moyennement le procédé. Les Dieux Gaulois ont alors tout bouclé rapidement pour limiter les dégâts. Ils ont seulement laissé 5 portes, par oubli ou peut-être par remord.

L’Exil a duré 3 ans (c’est ce qu’on a appelé le Premier Remous du côté elladrien) et les portes se sont fermées. Seuls les Druides purent continuer à utiliser l’Isthme comme ils l’entendaient.

Puis la Gaule a été romanisée et les exilés furent oubliés.

Voilà en gros comment s’est passé le passage de quelques poignées d’humains de la Terre vers Elledrÿn.

Nos gaulois sont arrivés sur Ynys et ont évolué jusqu’à nos jours.

 

Question suivante ?

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents